L’épidémie grossit à la loupe les failles du pouvoir

Par

Injonctions contradictoires, remerciements tardifs, accents guerriers… La communication du pouvoir jette une lumière crue sur ses insuffisances, ses schémas de pensée et sa déconnexion. En interne, certains s’inquiètent de l’image que l’exécutif renvoie de lui-même dans sa gestion de crise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On ne comprend rien. Après dix jours de confinement, et alors que le pic épidémique n’est pas encore atteint, l’exécutif multiplie les expressions et continue de parler à tort et à travers, en dissonance complète avec les remontées du terrain. Si la plupart des ministres et des conseillers défendent l’action et les choix gouvernementaux, d’autres commencent à alerter, en interne, sur l’image que le pouvoir renvoie de lui-même dans cette gestion de crise.