Les abus contre les Roms se poursuivent à l'approche des municipales

Par

Dans trois rapports distincts, le Défenseur des droits, le collectif d'associations Romeurope et la Commission européenne s'inquiètent du traitement infligé aux Roms, victimes de discriminations. Le climat se dégrade à l'approche des municipales, les maires ayant tendance à multiplier les démantèlements de campements.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le climat à l’égard des Roms est si dégradé que le décès de trois d’entre eux, ce printemps à Lyon, n’a eu qu’un écho limité. Dans les mois qui viennent, avec les élections municipales en perspective, la situation risque de s’aggraver compte tenu du recours incessant des élus locaux, de droite comme de gauche, aux forces de l’ordre pour évacuer les campements de fortune. Depuis l’élection de François Hollande, le ministre de l’intérieur Manuel Valls n’a cessé de répéter qu’il poursuivrait sans relâche sa politique de démantèlement. Dans son entourage, pourtant, on s’inquiète « des dérapages médiatiques et des amalgames, notamment dans la presse quotidienne régionale ».