Les travailleurs les plus exposés au Covid-19 ont aussi été les moins protégés par leur entreprise

Par

Pendant la crise du Covid-19, les travailleurs les plus précaires ont non seulement été plus souvent envoyés en « première ligne » que les autres, mais ils ont aussi bénéficié des conditions de travail les moins sécurisées de la part de leur entreprise. C’est l’enseignement de la nouvelle étude du collectif Des chiffres et des luttes, menée du 6 au 27 avril dernier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

On ne les a pas appelés pour rien les « premiers de corvée ». Pendant la pandémie, et notamment pendant la période du confinement, les salariés les plus précaires ont cumulé les handicaps : le télétravail n’étant souvent pas une option pour eux, ils ont été contraints de se rendre sur leur lieu de travail et, malgré les risques encourus, ont bénéficié de moins de mesures de protection que les autres travailleurs.