Rapatriements d’Afghans : le Conseil d’État juge inutile la prise de mesures urgentes pour les réunifications familiales

Par

Dans une décision rendue ce jeudi 26 août, la plus haute juridiction administrative estime que pour les familles de réfugiés coincées à Kaboul, « la prise de nouvelles mesures pour faciliter l’obtention d’un visa serait sans conséquence » pour accélérer leurs procédures de réunification familiale. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les familles de réfugiés afghans bloquées à Kaboul doivent-elles accéder en priorité aux vols de rapatriements ? À la veille de la fin des opérations d’évacuations vers la France, le Conseil d'État a tranché. « Dans la situation actuelle, la prise de nouvelles mesures pour faciliter l’obtention d’un visa serait sans conséquence sur l’exercice du droit des requérants à la réunification familiale », notifie le juge des référés. Il s'est déclaré « pas compétent » et a donc rejeté, ce jeudi 26 août, les requêtes en référé-liberté de quatre ressortissants afghans, dont un réfugié et trois bénéficiaires de la protection subsidiaire en France.