Manuel Valls: un premier ministre ne devrait pas dire ça...

Par

Sur France Inter ce mercredi matin, Manuel Valls s’est démarqué des errances éditoriales de François Hollande. Il s’est aussi présenté en recours pour « la gauche et la France », comme si la mauvaise passe du président le libérait de ses impasses politiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 « 4 % » ! Le tout-Paris n’avait mardi que ce chiffre à la bouche. Un sondage catastrophe publié par le journal Le Monde et le Cevipof (Centre de recherche politique de Sciences Po). « 4 % » d'opinions favorables ! Le symbole d’un rejet inédit pour un François Hollande confronté aux conséquences de ses bavardages au long cours, synthétisés dans le livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme : « Un Président ne devrait pas dire ça… ».