Financements libyens: Djouhri zigzague face aux preuves présentées par les juges

L’intermédiaire sarkozyste est bien lié à une société offshore au cœur de l’une des filières de corruption présumée de l’affaire des financements libyens. Les documents bancaires obtenus par les juges le démontrent. Djouhri, lui, s’enferre dans le déni.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Au fil des mois et des interrogatoires, le légendaire bagout de l’intermédiaire sarkozyste Alexandre Djouhri semble s’émousser à l’épreuve des faits, au risque même, parfois, du ridicule. Interrogé au moins à trois reprises depuis son extradition de Grande-Bretagne en début d’année 2020, ce protagoniste clé de l’affaire des financements libyens s’est retrouvé confronté, le 9 octobre dernier, par les juges d’instruction Aude Buresi et Marc Sommerer, à une succession d’éléments matériels embarrassants, selon les informations de Mediapart.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal