Un maître d’hôtel et un fonctionnaire jugés pour avoir prouvé des délits

Le ministère public a requis, le 26 février, la relaxe pour Philippe Pascal, ancien inspecteur de l’Urssaf, poursuivi pour avoir transmis à la justice des enregistrements clandestins prouvant le harcèlement moral de l’ancien président de la CCI d’Avignon.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Avignon (Vaucluse), envoyée spéciale.-  Dans une autre procédure, dans une autre ville, François Pignon, ancien maître d’hôtel, aurait peut-être eu droit au titre de lanceur d’alerte, pour avoir enregistré des conversations hebdomadaires avec son ancien employeur, à son insu, prouvant le harcèlement moral, la fraude aux cotisations sociales, la fraude à la TVA, le travail dissimulé. À tout le moins lui aurait-on sans doute reconnu un statut de salarié malmené.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal