Ruppert Vimal: «La nature a reconquis nos vies»

Par

Le premier confinement a eu des effets sur notre relation à la nature et le monde vivant, montre le chercheur Ruppert Vimal à travers une étude menée au printemps 2020. Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Soudain et inédit, le premier confinement a été l’occasion d’apercevoir des animaux sauvages dans des espaces dominés par les humains. Des sangliers à Barcelone, un loup sur les pistes de la station de ski de Courchevel, une espèce de civette que l’on croyait disparue dans une ville indienne, un puma en plein Santiago du Chili… À Paris, les oiseaux se sont fait entendre comme jamais, la pollution atmosphérique a chuté, des canards se sont baladés dans les rues.