Le procès en forme d’exutoire du groupe de Tarnac tire à sa fin

Par

L’idéal de partage et de vie en commun à Tarnac ainsi que l’ouvrage L’Insurrection qui vient ont occupé les débats du tribunal correctionnel, ce lundi 26 mars. Tous les prévenus parlent enfin, mais ils se livrent peu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que commence la troisième semaine d'audiences, le procès dit du « groupe de Tarnac » a encore des allures de puzzle dont les nombreuses pièces sont loin d'être assemblées. Sur les faits de sabotage eux-mêmes, il paraît toujours difficile d'avoir la moindre certitude, sinon que Julien Coupat et Yildune Lévy étaient certainement dans les parages. Le transport de justice effectué vendredi par le tribunal sur des petites routes de Seine-et-Marne a été « fructueux », annonce la présidente de la XIVchambre correctionnelle de Paris, Corinne Goetzmann, ce lundi 26 mars. Les constatations effectuées sur place donnent lieu à de nombreux points de désaccord entre l'accusation et la défense, mais aussi à « des points objectifs difficilement contestables », déclare-t-elle.