Pour un cours nouveau !

Les socialistes français accablent Angela Merkel en la faisant passer pour la « chancelière de l'austérité ». Mais François Hollande fait lui-même du zèle en matière d'austérité et conduit une politique néolibérale qui conduit au désastre. Parti pris en faveur d'une nouvelle politique plus conforme aux attentes du 6-Mai.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Dans la longue histoire des socialistes, émaillée de pages glorieuses, mais tout autant de cafouillages, de reniements et parfois même de pages honteuses, il est arrivé que de grandes voix s’élèvent pour inviter à un sursaut afin d'éviter un désastre imminent. Ce fut le cas par exemple du socialiste de gauche Marceau Pivert qui, indigné des lâchetés et de la couardise des dirigeants du Front populaire, prit ses distances avec eux le 1er mars 1937, en rendant publique une lettre énergique : « Non, je ne serai pas un complice silencieux et prudent. Non, je n’accepte pas de capituler devant le capitalisme et les banques. Non, je ne consens ni à la paix sociale ni à l’union sacrée. Et je continuerai à le dire, quoi qu’il puisse m’en coûter. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal