A l’Assemblée, le pouvoir installe ses têtes

Le groupe LREM majoritaire est en train de désigner ceux qui vont le diriger : il s'agit, sans surprise, de fidèles d'Emmanuel Macron. Et de ralliés convertis, comme l'ancien député écologiste François de Rugy, élu mardi 27 juin président de l'Assemblée nationale. La commission des affaires économiques sera présidée par l'ex-numéro deux d'un grand fonds de pension nord-américain.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Tirés à quatre épingles, mais parfois sans cravate ou chaussés de Converse, les nouveaux députés élus le 18 juin se sont assis pour la première fois dans l'hémicycle : mardi 27 juin a débuté la quinzième législature de la Ve République.
Ce week-end, le groupe La République en marche (LREM), majoritaire et réuni en séminaire, a désigné son chef, le député Richard Ferrand : un fidèle de la première heure d'Emmanuel Macron, éphémère ministre recyclé pour cause d'affaires à la tête du groupe parlementaire LREM. Le candidat officiellement soutenu par le président de la République a été élu dans un fauteuil, après un vote curieusement organisé à main levée, où seules deux abstentions se sont exprimées.
Mardi, les 308 députés macronistes – auxquels s'ajoutent quatre élus apparentés, dont l'ancien premier ministre Manuel Valls qui a annoncé son départ du PS – ont passé une bonne partie de la journée à désigner leurs candidats pour les postes clés.
À commencer par leur candidat à la présidence de l'Assemblée nationale, François de Rugy, ex-député EELV devenu soutien d'Emmanuel Macron après avoir quitté la formation écologiste et s'être présenté à la primaire du PS. Sans surprise, de Rugy a été élu au premier tour, avec 353 voix sur 543 exprimées. En voie de structuration – les collaborateurs sont en train d'être recrutés –, le groupe majoritaire s'est déjà doté d'une « déclaration politique » de quatre pages. Ce règlement intérieur rédigé à la première personne du pluriel promet des députés « efficaces », « assidus »« exemplaires et paritaires ».
À mi-mandat, « d'ici Noël 2019 », précise Richard Ferrand, tous les responsables de la majorité, président de l'Assemblée nationale compris, s'engageront par ailleurs à remettre leur mandat. En théorie, ce n'est pas prévu par la Constitution, dont l'article 32 prévoit que le locataire du “perchoir” « est élu pour la durée de la législature ». Ce week-end, les députés LREM avaient dû formuler des vœux en vue de la répartition des commissions parlementaires. Mardi soir, les députés LREM ont désigné les présidents des commissions parlementaires et le poste de rapporteur général du budget à la commission des finances. Souvent trentenaires, naviguant entre le public et le privé, familiers de la « grammaire des affaires » : les clones d'Emmanuel Macron sont aux manettes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Politique — Analyse
Immigration : ce que voudrait faire Gérald Darmanin
Au cours des derniers mois, le ministre de l’intérieur comme le président de la République ont dévoilé quelques mesures phares qui pourraient constituer le projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour 2023.
par Nejma Brahim et Ilyes Ramdani
Éducation — Enquête
Éducation à la sexualité : Mediapart révèle un rapport d’inspection enterré par Blanquer
Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale, qui établit la trop faible efficacité de l’éducation à la sexualité, est resté un an dans les tiroirs de Jean-Michel Blanquer. Son successeur, Pap Ndiaye, semble enfin vouloir faire de cette politique publique une priorité.
par Mathilde Goanec et Pierre Januel
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Au Qatar, l’enfer des travailleuses domestiques
Encore plus invisibilisées que les forçats des chantiers car maltraitées dans l’intimité de foyers privés où elles sont recluses, les travailleuses domestiques subissent des abus et des violations systémiques au Qatar. Deuxième volet de notre enquête au royaume de l’esclavage moderne.
par Rachida El Azzouzi
Moyen-Orient — Enquête
Sabra et Chatila : histoire d’un massacre anticipé par Israël
Il y a quarante ans, le 16 septembre 1982,  commençait dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban une orgie de viols et d’assassinats qui allait se poursuivre pendant trois jours. Cinq mois plus tard, une commission d’enquête gouvernementale concluait qu’aucun Israélien ne pouvait être tenu pour responsable des massacres. Un universitaire a découvert à Jérusalem, dans les archives officielles, une tout autre vérité…
par René Backmann