A Draguignan, le procureur requiert la démolition de la mosquée de Fréjus

Par

Au tribunal correctionnel de Draguignan, le procureur a requis, le 24 novembre 2015, la démolition de la mosquée de Fréjus pour obtention frauduleuse du permis de construire. Malgré plusieurs décisions de justice ordonnant d'autoriser l'ouverture de cette mosquée, le maire FN de Fréjus, David Rachline, s'y refuse depuis juin. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Draguignan (Var), envoyée spéciale. - Les histoires de constructions illégales, ce n’est pas ce qui manque au tribunal correctionnel de Draguignan (Var). Mais ce mardi 24 novembre 2015, l’affaire jugée est « sans précédent », reconnaît le procureur de la République, Mario Agneta. Et pour cause ! Le magistrat s’apprête à requérir la démolition de la mosquée de Fréjus, un édifice de 1 500 mètres carrés, achevé au printemps dans le quartier populaire de La Gabelle. Derrière ses sévères lunettes noires, le directeur de la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) du Var, qui assiste à l’audience, est, lui, bien embarrassé. « On va demander au préfet d’exécuter la décision de justice, ce qui va le placer en situation difficile… », glisse le fonctionnaire à son voisin.