«Gilets jaunes»: Macron répond a minima

Emmanuel Macron a tenté, mardi 27 novembre, de calmer les colères en proposant une modulation des taxes sur les carburants en cas de forte hausse du prix du pétrole. Il annonce également « une grande concertation de terrain », avec élus, associations et « gilets jaunes ». Sans convaincre personne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Emmanuel Macron a d’emblée annoncé la couleur. « Ce rendez-vous était prévu de longue date », a-t-il affirmé en introduction de son discours sur la transition énergétique, présenté depuis plusieurs jours par ses conseillers comme un début de réponse au mouvement des « gilets jaunes ». Après deux semaines de mobilisation et de débats au sein de l’exécutif pour trouver une porte de sortie au conflit, le président de la République a expliqué souhaiter que des « solutions concrètes, différenciées » soient effectivement apportées… dans les trois mois qui viennent.