Les députés autorisent les recherches sur l'embryon et les cellules souches

Par

En adoptant une proposition de loi autorisant les recherches sur l'embryon et les cellules souches, les députés ont mis fin à une anomalie qui entravait la biomédecine française depuis deux décennies.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Par 314 voix pour, 223 contre et trois abstentions, les députés ont voté, mardi 16 juillet, une proposition de loi autorisant – de manière très encadrée – les recherches sur l'embryon et ses cellules souches. Ainsi prend fin une anomalie doublée d'une énorme hypocrisie qui entravaient les progrès de la biomédecine française depuis deux décennies. Jusqu'ici, les scientifiques français qui travaillaient sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, domaine considéré par les biologistes du monde entier comme crucial pour l’avenir de la médecine, n’avaient pas le droit de le faire !