Les écologistes face à l’arlésienne de leur « refondation »

La promesse de réinvention des Verts français, sans cesse renouvelée, n’a jamais touché au système des « motions » qui devrait encore régenter leur congrès prévu en décembre. Réunis à Grenoble, de nombreux membres le remettent en cause, y voyant la source de déchirements factices et inutiles.  

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Grenoble (Isère).– Haro sur les motions. Ce samedi à Grenoble, lors de la dernière des Journées d’été d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), c’était la tonalité d’un atelier consacré au fonctionnement de l’appareil écologiste, au regard de ses partis frères. Du côté des intervenants et intervenantes comme du public, relativement fourni dans l’espace extérieur baptisé « Schtroumpfez des Verts » (cela ne s’invente pas), un même ras-le-bol affleurait à l’égard d’une particularité française : la désignation de la direction à travers le vote à la proportionnelle pour des listes fermées.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal