Dans son livre, Robert Ménard se tient à distance de Zemmour et de Le Pen

Par

Fidèle à sa ligne d’« union des droites », le maire de Béziers s’adresse à la candidate du RN en la soutenant comme la corde soutient le pendu. Critique de l’ethnicisme de Zemmour, il épargne la cheffe pour mieux éreinter son parti, sans être exempt lui-même d’ambiguïtés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Robert Ménard vient de publier un petit livre en forme de lettre à Marine Le Pen (Chère Marine, Nouvelle Librairie éditions, 50 p.). L’ex-journaliste lui explique ce qu’elle devrait faire pour gagner l’élection présidentielle. Sa parole importe : non seulement son statut extérieur au Rassemblement national (RN) lui a souvent permis d’être le porte-voix des critiques à l’égard de Marine Le Pen, mais il a été réélu maire de Béziers dès le premier tour en 2020, alors même que le parti a perdu la moitié de ses conseillers municipaux et départementaux et le tiers de ses élus régionaux. L’intérêt de l’ouvrage réside dans le portrait idéologique qu’il dresse de sa famille politique à travers la ligne qu’il prône.