La justice va décider si l'affaire Pérol sera ou non étouffée

Par
La Chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris décidera le 3 février si le juge Roger Le Loire peut poursuivre l'instruction de l'affaire François Pérol, visé par plusieurs plaintes pour «prise illégale d'intérêts» après son pantouflage à la présidence de BPCE. Mediapart raconte les manœuvres d'obstruction du Parquet et révèle les dernières pièces du dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affaire Pérol, qui a déchaîné d'interminables polémiques tout au long de l'année 2009, est à un tournant. Va-t-elle être enterrée, comme le souhaite le Parquet, qui a multiplié les manœuvres d'obstruction depuis de longs mois ? Ou bien le juge chargé du dossier, Roger Le Loire, va-t-il enfin pouvoir engager l'instruction qu'il juge nécessaire à la manifestation de la vérité ? A l'occasion d'une audience, qui aura lieu jeudi 3 février, c'est la Chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, qui va décider du sort judiciaire de l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée porté dans des conditions controversées en 2009 par Nicolas Sarkozy à la présidence de la banque BPCE et visé par plusieurs plaintes pour « prise illégale d'intérêts ».