Madoff: quand BNP passait ses ordres aux Iles vierges

Par

Mediapart révèle de nouveaux documents dans le volet français de l'affaire Bernard Madoff (photo). Ces pièces mettent en évidence que des établissements français, dont BNP Paribas, ont servi d'intermédiaires à des clients fortunés pour investir dans des produits de l'escroc américain. Outre la Sicav luxembourgeoise, Luxalpha –la plus connue–, d'autres fonds ont été utilisés, dont l'un, dénommé Groupement Financier, est basé dans le paradis fiscal des Iles vierges britanniques. Notre enquête révèle que la banque française aurait pu contrevenir à l'insu de ses clients aux règles de ce fond, dont les statuts ont par ailleurs été mystérieusement modifiés en août 2007. L'un des directeurs de ce fonds était Thierry de la Villehuchet, le financier français qui s'est donné la mort peu après l'annonce du scandale. Enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'affaire Maddoff n'a pas fini de livrer ses secrets. Même si aux Etats-Unis, Bernard Madoff, le responsable de l'escroquerie du siècle qui a porté sur près de 50 milliards de dollars, a été condamné à 150 ans de prison et a commencé, à la mi-juillet, à purger sa peine au sein de la section 1, celle des cols blancs, de la prison de Butner, en Caroline du Nord, des enquêtes judiciaires se poursuivent en de nombreux pays. C'est le cas en France, où la brigade financière, qui a organisé le 26 mars une retentissante perquisition au siège de BNP Paribas, continue d'enquêter sur les fautes éventuelles qu'auraient pu commettre des établissements financiers.