Contrôle continu au bac : l’injustice chronique de Blanquer

Le ministre de l’éducation nationale vient de décider d’introduire davantage de contrôle continu pour le baccalauréat, au risque de créer un examen local et d’accroître ainsi les inégalités entre élèves. Comme quasiment toutes ses réformes depuis le début du quinquennat.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

On ne pourra pas reprocher à Jean-Michel Blanquer son manque de cohérence. La nouvelle architecture du baccalauréat avec un renforcement du contrôle continu, annoncée en début de semaine deux ans après l’entrée en vigueur d’une précédente réforme, entre dans la droite ligne de la politique menée par le gouvernement et le ministre depuis sa nomination à ce poste en mai 2017.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal