La condamnation des Balkany est définitive, mais le feuilleton judiciaire continue

Par

La Cour de cassation confirme la culpabilité des époux Balkany pour blanchiment aggravé, mais pas la confiscation du moulin de Giverny ni les dommages et intérêts. L’ensemble des peines et intérêts civils devra être réexaminé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La saga judiciaire des époux Balkany s’enrichit d’un nouvel épisode. Au terme d’un arrêt rendu ce mercredi 30 juin par la chambre criminelle de la Cour de cassation, les peines prononcées voici un an contre Isabelle et Patrick Balkany dans le volet « blanchiment aggravé » de leurs combines financières vont devoir être réexaminées dans les mois à venir par la cour d’appel de Paris. Leur culpabilité, en revanche, est définitivement acquise.