Vincenzo Vecchi doit à nouveau faire face à un Ubu judiciaire

Par

Le militant anticapitaliste italien, qui vit en Bretagne depuis neuf ans, est menacé d’être remis aux autorités italiennes pour purger une peine de douze ans de prison. Son « crime » : avoir manifesté à Gênes en 2001. La cour d’appel d’Angers examine vendredi un mandat d’arrêt européen construit sur un ahurissant dossier judiciaire où pullulent mensonges et manipulations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Peut-on effectuer douze ans de prison pour avoir simplement manifesté il y a bientôt vingt ans ? La question ferait rire si elle ne résumait pas une situation bien réelle. Vincenzo Vecchi affronte une fois de plus, ce vendredi 2 octobre devant la cour d’appel d’Angers, une sorte de Léviathan judiciaire qui, au-delà de son simple cas, pourrait dévorer quelques-unes de nos libertés fondamentales.