A Villeurbanne, les salariés trahis par General Electric

Par

Un énième coup dur pour les salariés de General Electric. Mercredi 28 octobre, ils étaient plus de 150 à faire grève pour dénoncer un large plan de licenciement qui devrait toucher 285 des 459 postes du site de Villeurbanne, près de Lyon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vêtus de casquettes estampillées General Electric, les grévistes du site Grid Solutions de Villeurbanne sortent par petits groupes de l’usine pendant qu’une enceinte crache l’éternelle playlist de la CGT. Il est 11 heures, mercredi 28 octobre, quand débute la valse des intervenants au micro. Serge Paolozzi, délégué syndical CGT à Grid Solutions [branche de General Electric – ndlr] ouvre le bal : « Dans cette période complexe où le gouvernement prône la relocalisation en France des productions essentielles à la nation, le maintien des savoir-faire sur le territoire, l’indépendance énergétique, et la transition écologique, General Electric fait l’inverse… Si GE ne veut rien entendre, Macron doit prendre ses responsabilités et créer un pôle de l’énergie en France avec prise de participation de l’État. S’il le faut, nous irons à Bercy pour nous faire entendre ! »