La résistible conversion des gauches à l’écologie politique

Par

Même dans la gauche la plus traditionnelle, issue du mouvement ouvrier, il est aujourd’hui impensable de ne pas s’afficher « écologiste ». L’ancienneté et la radicalité des conversions diffèrent cependant selon les cas. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le terrain sur lequel les écologistes se sont constitués — la défense de la nature et des droits des générations futures –, pour important qu’il soit, ne représente pas l’enjeu central des prochaines décennies. […] L’écologie n’est pas une politique, elle n’est même pas une idéologie. » Ces lignes, publiées dans une revue du Parti socialiste (PS) en 1993, n’étaient pas vraiment visionnaires. Elles seraient impossibles à assumer aujourd’hui. Leur auteur, Henri Weber, plaide lui-même depuis plusieurs années pour une doctrine « écosocialiste »