A droite, des élus tentent de remettre la pauvreté à l’ordre du jour

Par

Face à l’explosion de la pauvreté, une nouvelle génération d’élus Les Républicains tente d’en faire un sujet de préoccupation à droite. Quitte à bousculer la doxa d’une famille politique longtemps aveugle sur la question.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Ce soir, c’est de pauvreté et de misère que nous voulons parler. » Il est presque 22 heures, ce mardi 12 janvier. À la tribune de l’Assemblée nationale, Aurélien Pradié (Les Républicains) délivre un discours enflammé contre ce « défi qui, bientôt, nous hantera ». Face à lui, quelques dizaines de députés sont présents dans l’hémicycle pour en débattre. Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) raconte sa « douleur », invoque le souvenir de la peste de 1920, et alerte contre ce « fléau de toute la société ». Olivier Véran, le ministre des solidarités et de la santé, a souhaité représenter lui-même le gouvernement.