«Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez le dire»

Par Jean-Christophe Piot

Généralement signée Voltaire, la célèbre formule resurgit à chaque fois qu’on reproche à tel ou tel d’avoir publié un texte révoltant ou donné la parole à des personnages dont les idées heurtent ou scandalisent. Devise de tous ceux qui affirment lutter contre le politiquement correct, la phrase pose pourtant un problème de taille : Voltaire ne l’a jamais écrite. Mieux, il est permis de douter qu’elle reflète bien sa pensée – ou du moins ses actes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Eh non ! Vous aurez beau chercher, la célèbre formule qu’on retrouve à longueur d’articles, de discours, de mèmes et parfois de tweets ne figure en réalité nulle part, dans aucun des textes, des ouvrages, des pièces ou des quelque 15 000 lettres écrites et/ou publiées par François-Marie Arouet, dit Voltaire, au cours de sa longue carrière littéraire. Vous trouverez pourtant bien ici ou là une référence à une source précise, en l’occurrence une missive du philosophe adressée le 6 février 1770 à l’abbé Le Riche et où figurerait la phrase : « Monsieur l’abbé, je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire. »