«Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez le dire»

Généralement signée Voltaire, la célèbre formule resurgit à chaque fois qu’on reproche à tel ou tel d’avoir publié un texte révoltant ou donné la parole à des personnages dont les idées heurtent ou scandalisent. Devise de tous ceux qui affirment lutter contre le politiquement correct, la phrase pose pourtant un problème de taille : Voltaire ne l’a jamais écrite. Mieux, il est permis de douter qu’elle reflète bien sa pensée – ou du moins ses actes.

Jean-Christophe Piot

14 août 2020 à 12h58

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Eh non ! Vous aurez beau chercher, la célèbre formule qu’on retrouve à longueur d’articles, de discours, de mèmes et parfois de tweets ne figure en réalité nulle part, dans aucun des textes, des ouvrages, des pièces ou des quelque 15 000 lettres écrites et/ou publiées par François-Marie Arouet, dit Voltaire, au cours de sa longue carrière littéraire. Vous trouverez pourtant bien ici ou là une référence à une source précise, en l’occurrence une missive du philosophe adressée le 6 février 1770 à l’abbé Le Riche et où figurerait la phrase : « Monsieur l’abbé, je déteste ce que vous écrivez, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez continuer à écrire. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik