La juge qui horripile le pouvoir

Par
Habituée des affaires sensibles, la juge Isabelle Prévost-Desprez s'est déjà heurtée plusieurs fois aux banques, aux grands patrons, et au procureur de Nanterre Philippe Courroye. Ses propos sur des remises d'espèces à Nicolas Sarkozy menacent aujourd'hui de relancer l'incendie de l'affaire Bettencourt.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Son entourage l'assure, Isabelle Prévost-Desprez n'avait pas prévu que les médias se focaliseraient sur un court passage de son entretien aux auteurs de Sarko m'a tuer (Stock), les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, dans lequel la magistrate relate les confidences faites hors procès-verbal par l'infirmière de Liliane Bettencourt sur des remises d'espèces à Nicolas Sarkozy avant son élection (lire ici l'article de François Bonnet).