Le gouvernement vient (un peu) au secours de la Seine-Saint-Denis

Par

Le premier ministre Édouard Philippe a annoncé plusieurs mesures pour répondre à l’urgence sociale, sécuritaire et sanitaire qui mine le département le plus pauvre de France, après l’échec cuisant du rapport Borloo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les rapports étaient effarants. Le gouvernement n’a eu d’autre choix que d’en tenir compte : jeudi, le premier ministre Édouard Philippe a annoncé une batterie de mesures pour la Seine-Saint-Denis, le département le plus pauvre de France, décrit par des élus de tous bords en « rupture d’égalité républicaine ».