En Hongrie, on fête Trump… en attendant Poutine

Le premier ministre Viktor Orbán, qui a joué il y a trois ans la carte russe, affiche son soutien à Donald Trump. Cela ne l'empêche nullement de recevoir Vladimir Poutine jeudi à Budapest : l'heure est à l'alliance des nationalistes, populistes, chrétiens et conservateurs ! Le tout sur le dos de tous les opposants de la société civile.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Budapest (Hongrie), de notre correspondant.– Une croûte de glace recouvre la place de la Liberté de Budapest et on s’emmitoufle sous d'épaisses chapkas. Avec le dôme néogothique illuminé du Parlement qui se détache dans l’obscurité, le cliché est superbe. « Ça suffit, le mépris pour l'homme blanc, chrétien et hétérosexuel ! », lance au micro un polémiste vedette, fidèle du gouvernement de Viktor Orbán. Ce 20 janvier, il y a tout au plus une centaine de personnes pour fêter l’investiture de Donald Trump, qui se déroule au même moment à Washington. Mais l'objectif pour le Forum de l’unité civile (CÖF) n'était pas de rameuter. Car lorsque cette ONG pro-Fidesz (le parti de Viktor Orbán) souhaite faire une démonstration de force, par exemple contre une supposée tentative de putsch fomentée par les États-Unis, ce sont des dizaines de milliers de personnes qui déferlent sur Budapest depuis tout le pays.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal