Le régime de Sissi s’attaque aux activistes égyptiens qui ont rencontré Macron

Par

Depuis qu’ils ont rencontré le Emmanuel Macron en tête à tête au Caire à l’occasion de son voyage officiel, quatre défenseurs des droits humains égyptiens font l’objet d'une plainte pour « offense à l’État égyptien », « atteinte à la sûreté de l’État » et « menace à la sécurité nationale et aux intérêts du pays ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les représailles n’ont pas tardé. Quatre défenseurs des droits humains égyptiens, qui ont rencontré en tête à tête Emmanuel Macron mardi 29 janvier lors de son voyage officiel au Caire, ont appris par la presse qu'ils étaient sous le coup d’une plainte pour « offense à l’État égyptien », « atteinte à la sûreté de l’État », ainsi que « menace à la sécurité nationale » et « aux grands intérêts du pays ».