A Hong Kong, l’opposition sacrifiée sur l’autel de la sécurité nationale

Par Eric Sautedé

Lundi, des centaines de personnes ont manifesté à Hong Kong en soutien à une cinquantaine de figures du camp pro-démocratie inculpées la veille pour « subversion ». La loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin écrase l’élite pro-démocrate.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Hong Kong (Chine).– Depuis que la loi sur la sécurité nationale a été « imposée » par Pékin à la région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong le 30 juin dernier, la vie politique de l’ancienne colonie britannique va de mal en pis. Lundi, des centaines de militants pro-démocratie se sont rassemblés aux abords d’un tribunal du territoire, scandant des slogans en soutien à 47 figures du camp pro-démocratie inculpées la veille pour « subversion ».