Israël: la crise politique affaiblit un peu plus le plan de Trump

Par

En dissolvant la Knesset pour organiser de nouvelles élections en septembre, le premier ministre israélien a plongé son pays dans une crise politique évitable. Et peut-être sabordé « l’accord du siècle » du président américain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu’au vote d’autodissolution de la Knesset, mercredi peu avant minuit, Benjamin Netanyahou était en course pour battre cet été le record de longévité au pouvoir d’un premier ministre israélien, détenu par le fondateur de l’État, David Ben Gourion. Depuis ce scrutin fatidique, il a rejoint la cohorte, nettement moins conforme à son arrogante vanité, des premiers ministres incapables de former un gouvernement après en avoir été chargés par le chef de l’État, où il va succéder à Shimon Peres, confronté à cet échec en 1990, et à Tzipi Livni, en 2008.