Rwanda: les preuves d'un mensonge français

Par

Des documents militaires inédits, dont Mediapart et France Inter ont pris connaissance, montrent que l’armée française a laissé se perpétrer en connaissance de cause des massacres contre la minorité tutsie pendant le génocide au Rwanda en 1994, alors même que sa mission confiée par les Nations unies était de les empêcher. Ces documents sont aujourd'hui entre les mains de la justice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils dormaient depuis vingt-et-un ans dans les archives secrètes de l’État. Des documents militaires inédits, dont Mediapart et France Inter ont pris connaissance, montrent que l’armée française a laissé se perpétrer en connaissance de cause des massacres contre la minorité tutsie pendant le génocide au Rwanda en 1994, alors même que sa mission confiée par les Nations unies était de les empêcher. Les faits se sont déroulés dans un intervalle de quatre jours – quatre jours en enfer – entre les 27 et 30 juin 1994, sur la colline de Bisesero, située à l’ouest du pays.