Condamnations au Moyen-Orient après l'exécution d'un cheikh chiite par l'Arabie saoudite

Par

Les autorités saoudiennes ont procédé à l'exécution de 47 personnes pour faits de terrorisme, dont l'imam chiite Nimr al-Nimr. Cette annonce du ministère de l'intérieur saoudien a soulevé de vives protestations au Moyen-Orient.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'exécution d'un imam chiite par les autorités saoudiennes vise à alimenter la querelle entre les chiites et les sunnites au Moyen-Orient et est de nature « à embraser la région », a estimé un parlementaire irakien, membre de la coalition au pouvoir à Bagdad, dans une déclaration à la chaîne de télévision Al Soumaria.