Un documentaire restitue la mémoire des insurgés de 1947 à Madagascar

Par

Pour la première fois un film-documentaire, Fahavalo, sorti cette semaine dans les salles de cinéma, fait parler les derniers témoins et acteurs de l’insurrection contre l’occupation coloniale française, en 1947, à Madagascar. Des récits de résistance livrés et filmés avec beaucoup de sensibilité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À Madagascar, certains anciens parlent du « tabataba », qui signifie bruit ou vacarme en français. D’autres évoquent pudiquement les « événements ». Les deux termes font référence à ce qui s’est passé sur la Grande Île de mars 1947 jusqu’à la fin de l’année 1948 : une insurrection armée contre l’occupant français et ses collaborateurs, qui fut brutalement réprimée. Le nombre de morts de cette guerre asymétrique, perdue par les nationalistes malgaches, varie selon les sources : de 30 000 à 89 000 personnes, qui ont été soit tuées dans les combats, des massacres, des bombardements ou sous la torture, soit vaincues par la faim ou les maladies contractées dans les forêts où elles se cachaient.