A Bangkok, les manifestants birmans expriment leur colère après le putsch contre Aung San Suu Kyi

Par

Lundi à l’aube, les Birmans se sont réveillés avec effroi à la nouvelle d’un putsch perpétré par l’armée, qui contestait la massive victoire de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) en novembre dernier. À Bangkok, les immigrés se mobilisent. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bangkok (Thaïlande).– Originaire de Mandalay, au centre de la Birmanie, Sunny est dévasté : « Ce matin, j’ai pleuré de tout mon cœur en découvrant que l’armée avait encore volé les élections et arrêté ASSK [Aung San Suu Kyi – ndlr], notre mère et déesse. »