Afghanistan: «Ils sont venus pour tuer les mères»

Par

L’attaque d’une maternité à Kaboul, puis celle de funérailles dans une province voisine, font craindre le retour en force de l’EI, raffermi par des talibans hostiles à l’accord de paix avec les Américains. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En quarante années de guerre, la population afghane croyait avoir subi toutes les atrocités. Mais elle n’imaginait pas que le pire était encore à venir, que l’on pouvait assassiner froidement des femmes sur le point d’accoucher et des nouveau-nés à peine sortis du ventre de leur mère. C’est pourquoi la maternité Dasht-e Barchi n’était pas protégée par des hommes armés comme le sont les cliniques et hôpitaux de Kaboul. L’attaque du 12 mai contre ce dispensaire, situé dans un quartier pauvre de la capitale, a prouvé le contraire. Vingt-quatre adultes et bébés ont été tués à bout portant par un commando, venu dans ce seul but.