Abdellah Lefnatsa : au Maroc, «la règle, c'est la répression»

Par Ilhem Rachidi

Abdellah Lefnatsa, membre de l'Association marocaine des droits humains (AMDH), décrypte le durcissement de la répression contre les militants des droits humains, mais aussi contre des mouvements sociaux, et trouve « honteux » le nouveau protocole d'entraide judiciaire entre la France et le royaume.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rabat (Maroc), de notre correspondante. - Abdellah Lefnatsa fait partie d'un nombre restreint de militants marocains qui continuent à manifester régulièrement, malgré l’essoufflement que connaît le mouvement de protestation du 20-Février, initié en 2011. En charge des droits économiques et sociaux à l'Association marocaine des droits humains (AMDH), l'une des organisations de défense de droits de l'homme les plus influentes de la région, membre du parti marxiste-léniniste La voie démocratique (Annahj Addimocrati), il jette un regard sans concession sur l'évolution démocratique du Maroc et revient sur la répression qui s'est intensifiée ces derniers mois contre l'AMDH, mais aussi contre des mouvements ouvriers, de défense des chômeurs, et plus récemment contre les marchands ambulants.