La corruption en Tunisie, un mal qui perdure

Par

Les députés tunisiens ont commencé à plancher sur un projet de loi concernant les déclarations de patrimoine et la lutte contre l’enrichissement illicite. Mais dans le pays, la corruption reste un mal qui gangrène la vie ordinaire des citoyens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.– Lassaad J., qui a voulu garder son anonymat, est chauffeur de taxi. Lorsqu’un matin, il part renouveler les papiers d’identité de sa fille, une procédure banale, la première chose que lui dit l’agent de police chargé de sa demande au commissariat est : « Ah, je vois que ta fille travaille chez la pâtissière madame X, tu vas aller me prendre un paquet de gâteaux. » Lassaad ne croit pas à la plaisanterie, il sait très bien ce qu’il lui reste à faire. Aller chercher le paquet que sa fille paiera de sa poche et le donner à l’agent de police pour être sûr d’avoir ses papiers dans les temps et de ne pas attendre trois mois, comme c’est souvent le cas. « C’est devenu tellement banal que l’on ne s’étonne même plus », commente Lassaad.