En Algérie, la justice libère plusieurs figures de la contestation anti-régime

Par

La cour d’Alger a décidé jeudi de libérer Karim Tabbou, l’une des victimes les plus emblématiques de la répression du régime à l’encontre des militants du « Hirak », emprisonné depuis près d’un an, et Amira Bouraoui, membre fondatrice du mouvement Barakat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Liesse populaire ce jeudi 2 juillet devant la prison de Kolea en Algérie. L’une des victimes les plus emblématiques de la répression du régime algérien a été libérée : Karim Tabbou, 46 ans, figure de l’opposition et du « Hirak », le puissant mouvement populaire en cours depuis février 2019, a retrouvé l’air libre, sa femme, ses enfants, sa famille à Douera, au sud-ouest d’Alger, après près de dix mois de prison. La fin d’un long calvaire qui n’a pas été sans nuire à sa santé.