Porjus (Suède), de notre envoyée spéciale. - Ils ont rêvé de Suède. Bloqués sous les ponts de Paris, pourchassés le long de la route des Balkans, enfermés dans un camion en Bulgarie ou en Autriche, ces exilés érythréens ou syriens avaient des étoiles dans les yeux en évoquant leur destination. Après avoir remonté toute l’Europe vers le nord au péril de leur vie, usé leurs semelles, croisé des passeurs sans scrupules, souffert de la faim et de la soif, perdu un proche, ils ont fini par y parvenir. À peine le pied posé sur le sol suédois, à Stockholm ou Malmö, ils ont été orientés par l’administration vers l’un des 200 centres d’hébergement, en plus des 3 000 places dédiées dans des appartements, éparpillés dans tout le pays dans des zones parfois dépeuplées.