Brexit: les opposants à une sortie sans accord face au risque d’élections anticipées

Par

Les députés britanniques font leur rentrée mardi à Westminster dans une atmosphère extrêmement tendue. La suspension du Parlement à partir de la mi-septembre laisse volontairement peu de temps aux élus déterminés à légiférer contre une sortie sans accord de l’UE le 31 octobre. Pour certains, en précipitant des élections anticipées, le gouvernement tendrait un « piège » aux opposants au no deal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils sont partis en vacances épuisés, le 25 juillet, au terme d’une session parlementaire très dense, rythmée par des affrontements à répétition avec le gouvernement de Theresa May concernant le Brexit. Mardi, ils reprendront leur place à la Chambre des communes dans une atmosphère qui sent à plein nez l’autoritarisme – et les élections anticipées.