Les hackers, l’autre arme du régime nord-coréen

Par Nicolas Rocca

Le pays le plus fermé au monde est inévitablement associé à ses essais nucléaires. Moins à la menace numérique. Pourtant, si l’utilisation de ces armes de destruction massive reste encore au stade du chantage, les cybersoldats du régime des Kim sont, quant à eux, déjà à l’offensive. Un autre moyen de se hisser au rang des pays qui comptent.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Séoul (Corée du Sud).– En mai 2017, un rançongiciel nommé WannaCry infecte des ordinateurs espagnols avant de se propager rapidement au Royaume-Uni et de faire le tour de la planète. En tout, un message demandant 300 dollars de bitcoins en échange des fichiers enregistrés sur l’ordinateur s’affiche sur près de 300 000 appareils.