Les forces irakiennes sont à la peine dans le bourbier de Mossoul

Par Jérémy André

Entamée en fanfare, l’offensive contre l’État islamique est désormais embourbée dans l’immensité de la deuxième ville d’Irak, où les victimes civiles et les pertes militaires s’accumulent. L’accès des journalistes étrangers a été drastiquement restreint, tandis que les soldats américains sont de plus en plus présents au sol.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Région de Mossoul (Irak), envoyé spécial.–  Un président ne devrait pas dire ça. Ce lundi 2 janvier 2017, François Hollande a donné quelques mois aux troupes irakiennes pour finir le travail à Mossoul. « Nous pourrions atteindre cet objectif, autant qu'il sera possible, au printemps, en tout cas avant l’été », a-t-il promis lors de sa visite à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien.