Equateur: un référendum pour en finir avec Rafael Correa

Par

Le scrutin de ce dimanche 4 février, lancé par le président Lenín Moreno, sonne comme un coup de grâce contre son ancien mentor Rafael Correa. La bataille entre les deux hommes rebat les cartes politiques. Mais si le « style » Moreno tranche avec celui de son prédécesseur, ce n’est pas encore le cas de son programme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le divorce est consommé, la séparation théâtrale. Les assiettes volent et se brisent. D’un côté le président en exercice, Lenín Moreno, élu le 2 avril 2017 sous les couleurs du parti au pouvoir Alianza País. De l’autre, Rafael Correa, dont il fut vice-président de 2007 à 2013, qui a lancé la « révolution citoyenne » et dirigé le pays durant une décennie (2007-2017). Les photos des deux hommes souriants, s’embrassant le soir du premier tour de l’élection présidentielle, il y a un an, sont désormais bien lointaines. Rapidement, Lenín Moreno a pris ses distances, remis en cause le bilan économique de son prédécesseur, s’est rapproché de ses ennemis. Le référendum du 4 février marque l’acmé de la dispute.