Afrique Enquête

Au Burkina, Blaise Compaoré échappe au procès de sa soif de pouvoir

Trente-deux ministres doivent être jugés à partir de lundi 8 mai, à Ouagadougou. La justice leur reproche d’avoir fait appel à l’armée pour mettre fin aux manifestations contre la volonté du président Compaoré de prolonger encore son mandat. La répression aurait fait jusqu’à une vingtaine de morts. Mais Compaoré, lui, coule des jours tranquilles en Côte d’Ivoire.  

Rémi Carayol

3 mai 2017 à 21h41

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

C’est un procès exemplaire qui doit débuter ce lundi 8 mai, après deux récents reports, devant la Haute cour de justice du Burkina Faso, à Ouagadougou, la capitale. Une fois n’est pas coutume, il n’y aura, à la barre, aucun lampiste. Seuls les « grands quelqu’un », ces « importants » qui n’ont guère été habitués à devoir répondre de leurs actes, s’y succéderont. Les 32 prévenus étaient tous ministres lors de l’insurrection populaire qui, les 30 et 31 octobre 2014, a violemment mis fin au règne de Blaise Compaoré et, par là même, à leurs privilèges. Poursuivis pour « complicité de coups et blessures volontaires » et « complicité d’homicide volontaire », ils devront expliquer pourquoi, à la veille de l’insurrection, lors du conseil des ministres, ils ont approuvé à l’unanimité, et en connaissance de cause, le choix de faire appel à l’armée pour contenir la colère du peuple, et, en l’occurrence, la réprimer dans le sang.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Reportage
par Ellen Salvi
France — Enquête
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias
Couvrir l’extrême droite, affronter la violence politique
Travailler et enquêter sur l’extrême droite en France, c’est s’exposer à des menaces, du cyberharcèlement, des insultes et du dénigrement. Et dans un milieu très masculiniste, être une journaliste femme est un facteur aggravant. Dénoncer ce déferlement de haine par la voie de l’interpellation ou le canal judiciaire n’a rien d’évident.
par Mathilde Goanec et David Perrotin
Gauche(s) — Analyse
Programme présidentiel de Mélenchon : ce qui change, ce qui demeure
Réactualisé à l’aune du quinquennat écoulé, « L’Avenir en commun » est débarrassé des points qui avaient le plus fait polémique en 2017, comme l’hypothèse d’une sortie de l’Union européenne. Pour le reste, la continuité domine : VIe République, planification écologique et partage des richesses.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Nucléaire — Enquête
Centrale nucléaire de Tricastin : des dissimulations en cascade
Dans l’affaire du lanceur d’alerte de la centrale du Tricastin qui porte plainte contre EDF, de nouveaux éléments consultés par Mediapart révèlent que l’Autorité de sûreté du nucléaire connaissait depuis longtemps le problème. Selon un document interne, EDF a menti et l’autorité de sûreté également dans sa communication publique.
par Jade Lindgaard
Dossier. L’affaire Kohler — Enquête
La note qui relance l’affaire Kohler
La Sfil, une discrète banque publique qui assure les financements des bateaux achetés en France par le groupe MSC, s’est réjouie en 2020 de bénéficier du « soutien » du secrétaire général de l’Élysée. Ce dernier a des liens familiaux avec les Aponte, les principaux actionnaires de MSC.
par Martine Orange

Nos émissions