Face à la Russie, le replâtrage énergétique européen

Depuis le début de la guerre en Ukraine, l’Europe se trouve confrontée au même dilemme : imposer un embargo sur tous les approvisionnements énergétiques russes ou temporiser afin de ne pas mettre en danger les économies du continent. Alors que la question divise de plus en plus les États membres, la Commission européenne propose un embargo sur le pétrole russe.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Ce devait être la réunion de clarification, celle où les États membres de l’Union européenne arriveraient à surmonter leurs divergences sur l’épineuse question des importations de gaz et de pétrole russes pour présenter un front uni face à l’agression russe contre l’Ukraine. Au terme d’une interminable séance le 2 mai, les ministres européens de l’énergie ont surtout mis en évidence leurs divisions.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal