L’impasse politique paralyse le Liban

Un an après l’explosion survenue à Beyrouth, l’enquête sur les causes du cataclysme piétine. Alors que le pays s’enfonce dans la crise économique, sociale et politique, Emmanuel Macron réunit mercredi une nouvelle conférence internationale. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Deux déflagrations retentissent. L’onde de choc détruit le port et les quartiers environnants. Un épais voile blanc, semblable à un champignon, recouvre Beyrouth peu après 18 heures. Il y a un an, mardi 4 août 2020, des scènes apocalyptiques se jouent dans la capitale libanaise. La double explosion causée par l’embrasement de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, un produit hautement explosif stocké dans un hangar portuaire six ans plus tôt, fait officiellement 214 morts et 6 500 blessés. Selon l’ONU, 73 000 appartements, 163 écoles et six hôpitaux sont détruits ou endommagés.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal