Débat au Mucem: «Les migrants sont des chevaliers»

Par

À l’issue d’une semaine marquée, en Méditerranée, par les nouveaux obstacles placés sur la route de l’Aquarius et la mort d’une migrante tuée par l’armée marocaine, Mediapart et le Mucem ont organisé un échange entre chercheurs, humanitaires et le représentant du HCR en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après une semaine marquée, en Méditerranée, par la tension entre les garde-côtes libyens et l’équipage de l’Aquarius lors d’un sauvetage et l’annonce par le Panama qu’il retirait son pavillon à l’emblématique bateau humanitaire, mais aussi par la mort d’une migrante tuée par la marine marocaine, Mediapart a été partenaire du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) pour une table ronde réunissant Sophie Beau, cofondatrice et directrice générale de l’ONG SOS Méditerranée qui, avec Médecins sans frontières (MSF), affrète l’Aquarius ; Paolo Artini, représentant du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) en France ; Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS, auteure notamment d’un Atlas des migrations (Autrement, 2018) et de La Question migratoire au XXIe siècle (Presses de Sciences-Po, 2017) ; et Mehdi Alioua, titulaire de la chaire Migrations, mobilités, cosmopolitisme à l’université de Rabat et membre du laboratoire mixte international Movida, mis en œuvre par l’Institut de recherche pour le développement (IRD), regroupant des laboratoires de recherche européens et africains autour des questions de migrations et de mobilités africaines.