A la frontière Etats-Unis-Mexique, «le droit d’asile est devenu une loterie»

Par Marie Hibon

Des dizaines de milliers de migrants perdent espoir dans les villes frontalières mexicaines face aux nombreuses embûches dressées sur leur chemin par les autorités américaines. Car, après un voyage de dizaines de milliers de kilomètres, le plus dur reste à faire. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ciudad Juárez (Mexique), de notre envoyée spéciale.– Le soleil s’est couché sur Ciudad Juárez, rétractant ses rayons aveuglants qui écrasent chaque jour cette ville de béton tentaculaire en plein désert, juste en face d’El Paso (Texas). Au centre d’hébergement pour migrants « El Buen Pastor » (« Le Bon Pasteur »), les résidents réinvestissent la cour, délaissant, le temps d’une respiration, les dortoirs où s’entassent des rangées de lits superposés.