En Algérie, «tout a changé en quatre mois»

Par

S’il n’a pas encore obtenu le départ de tous ceux qui incarnent l’ère Bouteflika, le peuple algérien a établi un rapport de force considérable dans la rue. Le 20e vendredi de manifestation s’annonce de grande ampleur car il coïncide avec l’anniversaire de l’indépendance. Entretien avec le politiste Thomas Serres.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 5 juillet 1962, l’Algérie se libérait de 132 ans d’oppression coloniale française. Cinquante-sept ans plus tard, elle se bat pour se libérer d’une autre oppression : un État autoritaire, « système » tentaculaire, opaque et broyeur, mis en place par ceux-là mêmes qui ont lutté contre le colon français. « Faisons du 5 juillet la concrétisation de la libération de l’Homme, après la libération de la patrie », ont appelé ce mercredi 3 juillet dans une vidéo plusieurs personnalités algériennes alors que la vingtième manifestation hebdomadaire contre le régime coïncide ce vendredi 5 juillet avec la date anniversaire de l’indépendance de l’Algérie et devrait mobiliser les foules.